Le Passeport des neiges 4e et 5e années permet aux nouveaux skieurs et surfeurs de prendre leur envol

Ce ne sont pas seulement les familles qui achètent le Passeport des neiges 4e et 5e années; les organismes sportifs comme Freestyle Canada soutiennent aussi notre programme. Les skieurs d’élite passent des milliers de journées sur leurs skis, mais certaines des premières expériences sont les plus importantes. Phil Marquis, membre de l’équipe de Freestyle Canada et détenteur de médailles en Coupe du monde, nous parle de ses souvenirs de ski d’enfance et de la façon dont ils l’ont façonné en tant que skieur.

Lorsque les skieurs obtiennent une place au sein de Freestyle Canada, ils ont déjà passé des centaines, voire des milliers de jours sur les pistes. Mais certaines des expériences les plus importantes sont les toutes premières, puisque ce sont elles qui établissent la base.

« Quand j’étais jeune, skier représentait la liberté », affirme Philippe Marquis. « Sur mes skis, je pouvais faire n’importe quoi. Je passais tous les week-ends sur la montagne avec ma famille. Je commençais à skier à 8 h 30 et je n’arrêtais qu’à la fermeture », poursuit-il.

Le ski permettait à Marquis de se laisser aller et de s’amuser, mais c’était aussi une façon de canaliser sa rébellion de jeunesse.

« J’avais besoin de faire quelque chose de différent… j’ai commencé à skier dans les sous-bois, à construire des sauts et des rails avec mes amis… c’est ce qui me gardait occupé et qui me rendait heu