Product categories

Première ministre de l’état de la neige de Fernie

courtoisie de

Sue Boyd a skié presque chaque hiver de sa vie depuis qu’elle sait marcher. Depuis 56 ans, et presque autant de saisons, elle travaille et skie de 5 à 7 jours par semaine, dans la pluie, dans la grêle, dans les tempêtes, et elle adore toujours le sport.

« J’adorais skier même quand j’étais enfant », déclare Boyd, qui a grandi sur la montagne de ski familiale, Tillicum Valley, tout juste à l’extérieur de Vernon. Le chalet de jour comptait une salle familiale pour les 5 enfants Boyd, où ils étaient censés faire leurs devoirs pendant que les gens profitaient du ski de soirée à l’extérieur.

« Mais, nous lancions nos livres sur le lit et allions skier, affirme Boyd. Ce n’était pas une très grosse montagne, donc nous faisions toutes sortes de choses pour la rendre amusante, comme skier sur un ski, skier sur nos bottes et skier à reculons. »

Après l’avoir pourchassée en pratiquant des « Wong Bangers » et des 360 sur l’extrémité des skis, son jeune frère Rob est devenu un célèbre skieur de compétition. Sue a commencé la compétition de ski acrobatique, mais, quand les taux d’intérêt croissants et les mauvaises années sur le plan des conditions d’enneigement au début des années 80 ont entraîné la fermeture de Tillicum, Boyd, alors âgée de 18 ans, est déménagée à Whistler afin de poursuivre son entraînement. « Quand je suis arrivée au haut du remonte-pente et que je me suis rendu compte que je pouvais aller dans n’importe quelle direction, et non seulement redescendre tout droit, tout a changé. » Elle s’est jointe à la patrouille de ski de Blackcomb en 1984. Elle est déménagée à Fernie 5 ans plus tard, après y avoir été attirée par une station moins occupée ayant un programme de prévention des avalanches en place, et a consacré les 15 années suivantes à faire son chemin jusqu’à la patrouille de ski, acquérant toujours plus de savoir-faire en prévention d’avalanches, en manutention d’explosifs et en sauvetage avec chien d’avalanche.

« Elle est l’une des personnes ayant le plus d’expérience en prévention d’avalanches et en manutention d’explosifs. Elle impose vraiment le respect, affirme Niki LePage, guide en chef à l’Island Lake Lodge, où Boyd a passé les 8 années suivantes de sa carrière, gérant le programme d’explosifs et de sécurité neige dans l’arrière-pays. Et elle est une skieuse phénoménale. »

« Boyd affiche un sentiment intrinsèque de neige, déclare Janet Kuijt, qui a été sa partenaire pendant plusieurs années aux championnats mondiaux de Powder 8. C’est une skieuse incroyable, beau temps, mauvais temps. Personne d’autre ne pouvait skier aussi vite qu’elle. »

Kuijt se rappelle quand elle suivait Boyd remontant à pied sur le versant de la montagne, gardant le rythme tant bien que mal, pendant qu’elles dépassaient chaque fois les autres compétiteurs de Powder 8. « Elle était tellement en forme. Elle arrivait au sommet sans même être à bout de souffle. Cela déstabilisait vraiment tous les gars. »

Toujours en forme, toujours à la recherche de plaisir, toujours avec une malle d’illusionniste enviable, cet hiver, Boyd tournera son attention sur l’enseignement, en donnant des cours de sécurité en avalanche. Elle est devenue une adepte de l’enseignement, après trois ans à travailler à la création et à l’exploitation d’un programme de formation de la patrouille de ski de 11 semaines pour Non-Stop Ski.

Tyler Steen a fait ses débuts sous la supervision de Sue en 2000. Maintenant directeur de patrouille à Fernie Alpine Resort, Steen explique que sa première tâche cette saison fut de supplier Boyd de ne pas quitter l’équipe de patrouille. « Il y a très peu de gens avec qui l’on travaille, que l’on peut voir dans une pièce si quelque chose de mal survient et penser, oh! Sue est là, tout est sous contrôle. Il est presque impossible de remplacer des gens comme Sue. Nous allons seulement devoir embaucher six autres personnes à sa place. »

Au moins, il pourra accueillir quelques-uns de ses nouveaux diplômés. « On peut voir instantanément quand une personne a passé 12 semaines à étudier avec Sue Boyd. On remarque un professionnalisme immédiat. Elle devrait en être très fière. »