La fierté hivernale augmente au Canada

Au Canada, la Colombie-Britannique a toujours été à l’avant-garde du mouvement LGBTQ, le Whistler Pride and Ski Festival attirant des gens de 26 pays. Dean Nelson, chef de la direction, indique qu’environ 3 000 joyeux lurons ont participé l’an dernier, la majorité en provenance du Canada, des États-Unis, de l’Australie, du Royaume-Uni et du Brésil. « Environ 87 % d’entre eux ont descendu les pentes de Whistler Blackcomb et près de la moitié détenaient une Epic Pass », affirme Nelson. De toutes les merveilleuses activités de la semaine organisées, la série gratuite de ski avec guide et d’après-ski est généralement la plus populaire. « L’aspect social de Whistler Pride est toujours important bien que nous ayons changé nos programmes au fil des ans afin qu’ils soient moins axés sur les “circuit parties” et plus sur l’engagement social, comme le spectacle d’humour et la soirée de dégustation de vins à la galerie d’art, explique Nelson. La dernière fin de semaine est encore populaire avec le Furrocious Party du vendredi soir et le Snowball du samedi. » Vu la demande, le calendrier est demeuré relativement le même depuis les cinq dernières années, incluant le Scandinavian Spa Sip & Dip, les soirées de danse de la dernière fin de semaine et la parade de la fierté gaie du vendredi Friday Pride Parade and Ski Out. Cette année, les participants profiteront d’un investissement dans les remonte-pentes de 66 millions de dollars par Vail Resorts. Le 27e Whistler Pride and Ski Festival aura lieu du 20 au 27 janvier cette saison.

­Également en Colombie-Britannique, la fin de semaine Peak Pride de Big White en est maintenant à sa troisième saison. Cette fin de semaine, qui se déroulera cette année du 5 au 7 avril, fait la promotion d’une énergie enjouée et amusante tant sur les pentes qu’en dehors de celles-ci. L’organisateur Dustyn Baulkham souligne que les chiffres ont augmenté chaque saison : « La fin de semaine à Big White a vraiment connu une croissance au cours des deux premières années, ajoute Baulkham. Entre 200 et 250 personnes participent aux diverses activités. Certaines de ces activités n’exigent aucun billet, un don est simplement demandé, donc il est plus difficile de faire le compte. » Baulkham espère étendre Peak Pride à un éventail de stations de ski. « Je vais garder les prix aussi raisonnables et accessibles que possible, promet-il. J’estime entre 60 et 70 % le pourcentage de personnes qui y viennent pour skier ou surfer, mais la plupart d’entre eux font aussi la fête. Je me rappelle avoir parlé, l’an dernier, à des gens qui skiaient après n’avoir dormi que trois heures et qui avaient un plaisir fou. » Il indique que 75 % des participants sont des résidents de la Colombie-Britannique, mais de plus en plus de visiteurs de Montréal, d’Ottawa et même de Seattle font le voyage. Baulkham affirme que le succès à Big White a amené Rebellious Unicorns Production Company Inc. à s’étendre à Sun Peaks cet hiver, des activités étant prévues du 1er au 3 mars. Cara Karpluk, gestionnaire des activités, indique que la première fin de semaine Peak Pride à Sun Peak ajoute de la variété à son calendrier d’activités. « Ce segment du marché est précieux d’après le succès d’autres activités bien établies, en plus d’aider à promouvoir un message d’inclusivité, ajoute-t-elle. Cela devrait être un moment amusant et captivant pour le personnel, les résidents et les visiteurs – un agréable ajout à notre calendrier déjà bien rempli. Les détails de l’activité sont toujours en cours d’élaboration. »

Elevation fait de Mont Tremblant une station de ski à jour du point de vue de la diversité cette saison. Le premier festival de ski LGBTQ au Québec, qui aura lieu du 31 janvier au 3 février, affiche un calendrier rempli d’activités de ski et d’après-ski animées, y compris une soirée de dégustation de vins, une fête de plage et une activité mettant en vedette les habits une pièce. Ce festival flamboyant prend de l’essor depuis les 17 dernières saisons à Mammoth Lakes et les huit dernières à Park City. Les fins de semaine de ski Elevation sont devenues populaires pour leurs soirées de danse festives avec DJ, attirant environ 2 500 participants du monde entier. On offre divers forfaits pour toutes les activités d’après-ski, ainsi que des billets de remontée et des leçons à prix réduit.

Tom Whitman, spécialiste du marketing d’activités, organise Elevation depuis ses tout débuts et fera maintenant la promotion d’Élévation Tremblant. « Quand Alterra a vu le jour et est devenue propriétaire de Mammoth, mes amis à Mammoth Mountain m’ont approché pour me parler de leur idée d’étendre l’activité à un troisième emplacement. J’ai jeté un coup d’œil aux diverses options, et je savais que Tremblant était le choix idéal, explique-t-il. Il est facile de s’y rendre depuis Montréal, Toronto et New York, et tout le reste de la côte est. Il s’agit aussi de l’une des meilleures stations dans l’Est de l’Amérique du Nord. Et, étonnamment, on y organise encore aucune semaine de ski à l’intention de la communauté gaie. » Après l’avoir visitée, il souligne que toute la ville est ravie de faire partie d’Élévation, qui attend au moins 500 participants pour l’année de son lancement et, nous l’espérons, le double pour sa deuxième année. Il explique que la communauté gaie s’étend au-delà de la scène des boîtes de nuit et souhaite participer à plus d’activités dans un contexte gai. La popularité croissante des semaines de ski à l’intention de la communauté gaie fait partie intégrante de cette tendance transformationnelle. « Je suis aussi d’avis que c’est parce que les semaines de ski à l’intention de la communauté gaie constituent un type d’activité très spécial : J’aime dire que c’est un endroit où l’attitude citadine disparaît, ajoute Whitman. Tout le monde est ouvert à faire de nouvelles rencontres et à tisser de nouveaux liens d’amitié. Elevation Mammoth et Elevation Park City sont devenues d’importantes activités pour des milliers de membres de la communauté LGBTQ, et j’ai déjà entendu dire que bon nombre sont emballés à l’idée de visiter Tremblant. »

Des études ont révélé qu’il vaut la peine d’attirer la « livre rose » – comme on appelle les recettes générées par la communauté LGBTQ au Royaume-Uni – par l’intermédiaire d’activités spéciales pour cette communauté, étant donné que les dépenses totales par personne sont plus élevées que celles du visiteur moyen. Et, les raisons ne sont pas purement économiques : les stations qui font la promotion de la diversité attirent plus de milléniaux, dont la prise de décisions est davantage axée sur l’éthique et l’inclusivité que les autres groupes démographiques.

Le Global Report on LGBT Tourism de 2017 d’UNWTO indique que le nombre de lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres (LGBT) qui voyagent a connu une hausse considérable au cours des dernières années : « Graduellement, ce segment dynamique a prouvé sa capacité à devenir un véhicule puissant de développement économique. Mais, les retombées positives des touristes LGBT vont bien au-delà des simples avantages économiques. En fait, les destinations accueillant les touristes LGBT envoient une image puissante de tolérance et de respect. Les destinations défendant les droits de la communauté LGBT deviennent, par conséquent, d’importants défenseurs internationaux des droits humains universels. »

CMI Community Marketing & Insights, qui se spécialise dans la recherche sur la communauté LGBT depuis 1992, affirme que les membres de la communauté LGBTQ canadienne prennent un peu moins de vacances que leurs homologues américains, mais que les Canadiens ont tendance à passer plus de journées à la destination voyage, ce qui entraîne les mêmes retombées économiques. Environ 61 % des répondants ont déclaré, en 2017, voyager par agrément pendant l’hiver et environ 50 % sont attirés par des endroits reconnus pour être favorables aux personnes LGBTQ. Les éléments qui influent le plus sur le choix de la destination sont les recommandations par la famille ou les amis LGBTQ. Un autre résultat indique que la participation à des festivals de fierté locaux est en hausse, ayant passé de 51 % des répondants en 2016 à 64 % en 2017. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez le site : http://www.communitymarketinginc.com/documents/temp/CMI_Canada-LGBTQ-Travel-Survey2018.pdf.

This post is also available in: Anglais

Product categories