Liste des meilleurs duos de ski de tous les temps de Read et Podborski

Où serait Batman sans Robin? Shaq sans Kobe? Gretz sans Mess? Babe Ruth sans Lou Gehrig? Serena sans Venus? Butch Cassidy sans le Sundance Kid? Thelma sans Louise? Pour n’en nommer que quelques-uns.

La vague récente de grandes performances par Manuel Osborne-Paradis et Érik Guay, et leurs réussites à long terme, nous rappelle que, dans les sports comme dans la vie, deux personnes (ou plus) valent mieux qu’une. Érik et Manny se sont classés dans les 10 premiers à 6 reprises la semaine dernière seulement, en plus de se motiver l’un l’autre toute la saison (voir le no 2 ci-après).

Dans le monde du sport, il existe une foule d’exemples d’athlètes vedettes qui sont encore meilleurs en raison des efforts de leurs coéquipiers. Et, en sports d’hiver, ce partenariat prend une tournure différente et plus complexe… comme ils sont à la fois coéquipiers et rivaux. Il est difficile de trouver un équilibre entre l’atteinte de la réussite personnelle et la productivité en tant que coéquipier.

Voici notre palmarès des meilleurs duos canadiens en sports d’hiver de tous les temps.

No 7. EDI PODIVINSKY ET CARY MULLEN

Quand Edi Podivinsky a remporté une Coupe du monde en descente à Saalbach, en Autriche, en 1994, son ami et coéquipier de longue date Cary Mullen se tenait juste à ses côtés sur le podium, en deuxième position. Peu après, Edi a décroché une médaille de bronze olympique à Lillehammer, en Norvège, en 1994. Comme la puissante technique de Cary Mullen influait sur le sport à l’époque, il était l’athlète à surveiller au milieu des années 1990 jusqu’à ce qu’une série de commotions cérébrales mettent un terme à sa carrière. Il a remporté une Coupe du monde en descente à Aspen en 1994. À eux deux, Edi et Cary ont cumulé 30 résultats dans les 10 premiers sur le circuit de la Coupe du monde, incluant 9 médailles.

No 6. MÉLANIE TURGEON ET ALLISON FORSYTH 

Ceux deux-là n’étaient pas techniquement coéquipières, étant donné que Mélanie compétitionnait dans des épreuves de vitesse, alors qu’Allison participait aux épreuves techniques, mais leurs résultats successifs en Coupe du monde et aux Championnats du monde de 1999 à 2005 ont fait d’elles des guerrières luttant pour la suprématie canadienne. La carrière d’Allison a atteint son sommet quand elle a remporté une médaille de bronze en slalom géant aux Championnats du monde de 2003, après avoir monté sur le podium à 5 reprises à diverses épreuves de Championnats du monde. La carrière de Mélanie a commencé en grand lorsqu’elle a décroché 5 médailles aux Championnats du monde juniors à Lake Placid en 1994, année qui s’est ensuivie d’une carrière prospère de près de 10 ans sur le circuit international, au cours de laquelle elle a obtenu 8 médailles en Coupe du monde et une médaille d’or aux Championnats du monde à Saint-Moritz en 2003.

No 5. ROB BOYD ET BRIAN STEMMLE

Le moment où Rob a franchi la ligne d’arrivée à l’épreuve de la Coupe du monde à Whistler en 1989, devenant le premier Canadien a remporté dans son pays, et où il s’est jeté sur le cameraman pour pouvoir dire « pour toi Stemmle » a uni ces deux coéquipiers et amis pour la vie. Brian était alors en convalescence après une collision dévastatrice, survenue à Kitzbuhel plus tôt au cours de la saison, qui a presque mis fin à sa carrière et à sa vie. Sur la carte de pointage, ils ont à eux deux cumulé 41 résultats parmi les 10 premiers en descente sur le circuit de la Coupe du monde, y compris 9 podiums.

No 4. GERRY SORENSEN ET LAURIE GRAHAM

Même si la carrière de Gerry Sorensen s’est avérée courte, elle et Laurie Graham sont devenues des compétitrices à surveiller en Coupe du monde au début des années 1980. Au cours d’un mois en 1982 (soit du 13 janvier au 14 février), Gerry a remporté deux épreuves de descente en Coupe du monde, en plus d’une autre médaille de bronze et d’un titre de descente aux Championnats du monde. Laurie Graham incarnait, quant à elle, la constance, ayant obtenu 15 médailles en Coupe du monde et terminé dans les 10 premières à un nombre impressionnant de reprises, soit 45, au cours de sa carrière de 10 ans.

No 3. JUSTINE DUFOUR-LAPOINTE ET CHLOÉ DUFOUR-LAPOINTE

Ces sœurs, avec leur sœur aînée Maxime, ont terminé première et deuxième aux Jeux de Sochi de 2014 et mènent le circuit féminin des bosses en ski acrobatique depuis quelques années, ce qu’elles continueront probablement de faire pendant encore de nombreuses années. À seulement 23 ans, Justine compte 39 podiums (y compris 13 victoires), alors que Chloé a 27 podiums en Coupe du monde à son actif. Les trois sœurs « DFL » ont raflé un podium entier de la Coupe du monde à Québec en 2016.

No 2. ÉRIK GUAY ET MANUEL OSBORNE-PARADIS

Les statistiques sont indéniables et devraient faire en sorte que ces deux futurs membres du temple de la renommée du ski atteignent le sommet. Combinant 40 médailles en Coupe du monde et aux Championnats du monde, en plus de 116 résultats dans les 10 premiers sur le circuit international, Érik et Manny ont connu de longues carrières, ponctuées de blessures, de revers et de retours, mais continuent toujours en force, ayant obtenu 6 résultats dans les 10 premiers en Norvège la semaine dernière.

No 1. KEN READ ET STEVE PODBORSKI

Deux dents importantes de l’engrenage de l’équipe des « Crazy Canucks » et du mouvement qui a inspiré une génération de skieurs de compétition, Pod et Ken se sont classés parmi les 10 premiers à 79 reprises, en plus de décrocher 34 médailles en Coupe du monde à eux deux au cours d’une carrière de 9 ans. Avec Dave Irwin, Dave Murray et Jungle Jim Hunter, la jeune équipe canadienne a fait fureur sur le circuit de ski européen dans les années 1970, la victoire de Ken à Val d’Isère en 1975 marquant la première victoire d’un skieur non-européen en Coupe du monde. Steve a ensuite remporté le titre global de descente en 1980.

MENTIONS HONORABLES :

Kate Pace Lindsay et Kerrin Lee-Gartner (Ski alpin chez les femmes – Dans les années 1990)

Erin Mielzynski et Marie-Michèle Gagnon (Ski alpin chez les femmes – En cours)

Jenn Heil et Kristie Richards (Bosses chez les femmes – Dans les années 2000)

Kathy Kreiner et Betsy Clifford (Ski alpin chez les femmes – Dans les années 1970)

Britt Janyk et Kelly VanderBeek (Ski alpin chez les femmes – Dans les années 2000)

Anne Heggviet et Lucille Wheeler (Ski alpin chez les femmes – Dans les années 1950 et au début des années 1960)

JP Auclair et Sarah Burke (Ski acrobatique – Dans les années 1990 et 2000)

– Par Gordie Bowles. Photo : Steve Podborkski et Ken Read. Photo tirée des dossiers d’Ottawa Citizen par l’intermédiaire du Conseil canadien du ski.

This post is also available in: Anglais

Product categories