Où serait Batman sans Robin? Shaq sans Kobe? Gretz sans Mess? Babe Ruth sans Lou Gehrig? Serena sans Venus? Butch Cassidy sans le Sundance Kid? Thelma sans Louise? Pour n’en nommer que quelques-uns.

La vague récente de grandes performances par Manuel Osborne-Paradis et Érik Guay, et leurs réussites à long terme, nous rappelle que, dans les sports comme dans la vie, deux personnes (ou plus) valent mieux qu’une. Érik et Manny se sont classés dans les 10 premiers à 6 reprises la semaine dernière seulement, en plus de se motiver l’un l’autre toute la saison (voir le no 2 ci-après).

Dans le monde du sport, il existe une foule d’exemples d’athlètes vedettes qui sont encore meilleurs en raison des efforts de leurs coéquipiers. Et, en sports d’hiver, ce partenariat prend une tournure différente et plus complexe… comme ils sont à la fois coéquipiers et rivaux. Il est difficile de trouver un équilibre entre l’atteinte de la réussite personnelle et la productivité en tant que coéquipier.

Voici notre palmarès des meilleurs duos canadiens en sports d’hiver de tous les temps.

No 7. EDI PODIVINSKY ET CARY MULLEN

Quand Edi Podivinsky a remporté une Coupe du monde en descente à Saalbach, en Autriche, en 1994, son ami et coéquipier de longue date Cary Mullen se tenait juste à ses côtés sur le podium, en deuxième position. Peu après, Edi a décroché une médaille de bronze olympique à Lillehammer, en Norvège, en 1994. Comme la puissante technique de Cary Mullen influait sur le sport à l’époque, il était l’athlète à surveiller au milieu des années 1990 jusqu’à ce qu’une série de commotions cérébrales mettent un terme à sa carrière. Il a remporté une Coupe du monde en descente à Aspen en 1994. À eux deux, Edi et Cary ont cumulé 30 résultats dans les 10 premiers sur le circuit de la Coupe du monde, incluant 9 médailles.

No 6. MÉLANIE TURGEON ET ALLISON FORSYTH 

Ceux deux-là n’étaient pas techniquement coéquipières, étant donné que Mélanie compétitionnait dans des épreuves de vitesse, alors qu’Allison participait aux épreuves techniques, mais leurs résultats successifs en Coupe du monde et aux Championnats