Montagnes pour milléniaux – partie 2

Par Louise Hudson

Dans le monde du marketing des montagnes, on a récemment reconnu le manque de milléniaux suivant les traces du marché du ski plein d’entrain que représente la génération du baby-boom. De plus, il faut deux milléniaux pour remplacer chaque membre de la génération du baby-boom sur le plan du pouvoir de dépense. Vu les prêts étudiants, le mariage, les naissances, la maison, les carrières et les priorités divergentes en matière de dépenses, les milléniaux se font distraire des plaisirs de la descente. Contrairement aux membres de la génération du baby-boom qui skiaient activement dans la vingtaine et la trentaine, les milléniaux obligent les stations de ski à trouver des façons plus novatrices d’attirer la jeune génération.

Read part 1 of Millenial Mountains here.

Au cours de la dernière décennie, les stations ont commencé à offrir diverses expériences, y compris le vélo à pneus surdimensionnés d’hiver, les tyroliennes, la glissade sur chambre à air, les montagnes russes, le skijoring et le kiteski, qui font tous partie de l’« économie de l’expérience », où les sensations et les moments magiques prennent le dessus sur le matérialisme pour les milléniaux. Des cliniques de kiteski sont offertes à Canmore, à Québec et à Toronto. Et les stations demandent même des sous pour le ski de randonnée, qui était auparavant gratuit pour les adeptes de ce sport. Maintenant, il existe des cours de guide hors piste et sur la sécurité, comme le cours Backcountry Basics à Fernie.

Les grosses demeures n’ont plus la cote auprès des milléniaux, et la tendance des micromaisons influence les stations de ski. En Utah, le jeune groupe de propriétaires de Powder Mountain construit des chalets modernes de 500 pieds carrés à flanc de montagne, plutôt que d’investir dans des manoirs. À l’instar des milléniaux qui se tournent vers les petites maisons écologiques à la fine pointe de la technologie neuves ou rénovées, les stations canadiennes optent aussi pour les petites demeures. Steve Paccagnan, chef de la direction de Panorama Resort, planifie la construction d’un nouvel hôtel-boutique pour remplacer l’hôtel Pine Inn vieillissant : « Nous avons constaté la tendance émergente des hôtels et motels rénovés. Nous avons fait beaucoup de recherches, parlé à des entreprises comme Yotel pour avoir des idées et examiné l’idée de camp de base à Tahoe et à Jackson Hole. Nous gardons en tête toutes ces idées pour notre hôtel-boutique, tout en cherchant à répondre aux besoins des milléniaux – des chambres petites, mais vraiment ergonomiques, où le hall de réception représente l’attrait principal, avec un bar vraiment bien, des aires communes et une scène pour concerts. »

Puisque les milléniaux désirent assouvir instantanément leurs désirs et que bon nombre d’entre eux ne possèdent pas de véhicule, il faut rendre l’accès aux stations de ski simple et rapide. Telluride a récemment commandité des vols directs à son aéroport le plus près, Montrose, depuis des centres partout aux États-Unis. Winter Park a rétabli son service de train hivernal avec Denver. Les navettes de ski deviennent de plus en plus intelligentes, offrant souvent Internet, et les sites de covoiturage se multiplient. Cet hiver, une nouvelle entreprise, SnowSearch, a lancé un site Web du genre de Kayak visant à moderniser la façon dont les jeunes générations magasinent et achètent leurs voyages de sport d’hiver en ligne. « Notre contenu sur les voyages est rédigé par des spécialistes locaux impartiaux, allant d’athlètes professionnels et de boutiques d’équipement à des blogueurs cuisinomanes et à des amateurs de poudreuse », indique le chef de la direction Bryan Dunn. Elle comprend des stations en Alberta, en Colombie-Britannique, en Ontario, au Canada atlantique et au Québec.

Parmi les autres tendances des milléniaux sur les montagnes, mentionnons les espaces de cotravail, qui redéfinissent le skieur bohème, qui peut désormais être tant un courtier en télémarketing qu’un migrateur de modes de vie. Par exemple, Telluride attire les jeunes entrepreneurs en offrant un financement de 30 000 $, des locaux à bureaux, des mentors et une formation professionnelle à ceux qui soumettent les idées les plus novatrices. Le financement participatif cible les milléniaux par l’attribution d’une somme à investir dans leur station de ski préférée. Par exemple, Red Mountain a lancé sa campagne « Own The Mountain » la saison dernière afin de demeurer autonome. L’équipement et les vêtements de ski sont désormais de haute technologie avec des dispositifs de suivi, de la musique et du chauffage. Les applications de rencontre axées sur le ski et le surf des neiges permettent de maintenir la pratique de sports d’hiver en famille, puisque les milléniaux cherchent des partenaires de vie aux intérêts semblables. Et la folie des milléniaux pour des activités musicales extérieures a amené de nombreuses stations à organiser des festivals printaniers, à la suite du succès du Whistler World Ski and Snowboard Festival. Mentionnons, entre autres, Panorama, qui a lancé High Notes la saison dernière; on a déjà vendu plus de billets pour le festival cette année qu’en 2017, ce festival attirant les membres les plus âgés de la génération des milléniaux. En avril dernier, Sun Peaks a lancé le Snowbombing Festival d’Europe au Canada, et celui-ci est de retour ce printemps.

Allier les boissons inspirées des milléniaux à l’expérience de ski est aussi devenu chose courante aux stations partout en Amérique du Nord. Les distilleries et les brasseries artisanales s’entassent à toutes les stations de ski, mettant l’accent sur des étiquettes au thème des sports d’hiver, comme la pale ale Snow King de Snake River Brewing, à Jackson Hole, la porter Season Passe d’Uinta Brewing Utah et la winter ale Ski Bum d’Ellicottville Brewing. Whitetooth Brewing Company, à Golden, a nommé l’une de ses bières principales Truth, Dare, Consequence, soit les noms de pistes de ski vedettes à la station Kicking Horse située à proximité.

This post is also available in: Anglais

Product categories