Par Michael Fulton

Il y avait une décennie qu’Eric, Pete et moi avions voyagé ensemble. Après avoir été presque inséparables pendant nos années universitaires, nous avons vite été soumis aux réalités du monde du travail; je suis retourné à Mississauga, Eric, à Sudbury, et Pete, à Ingersoll. Les journées passées à se lancer la balle dans ma chambre à la résidence ne sont plus que souvenirs et la meute est dissoute. Hurlements en solitaire…

Or, cela ne veut pas dire que nous ne nous voyons plus. Mais, entre les nombreux déplacements, les vies professionnelle et conjugale, et tout le tralala, il devient de plus en plus difficile de le faire. À l’heure actuelle, nous sommes chanceux si nous parvenons à nous retrouver tous dans la même pièce une fois l’an. Heureusement, cette réunion annuelle allait consister, en 2017, en un voyage de ski de 5 jours à Banff.

Quand nous nous sommes rencontrés à l’aéroport de Calgary et sommes montés à bord de notre bolide de location, nous nous sommes instantanément retrouvés dans ma chambre de la résidence universitaire. Bien que les sujets de conversation aient changé (il semblerait que la consommation de bières à l’entonnoir soit un sujet beaucoup moins populaire à 30 ans… qui l’aurait cru?), les liens d’amitié sont toujours aussi solides.

Sur la route menant à Banff, nous prenons des photos des montagnes sur nos téléphones à travers les fenêtres recouverte de saleté de la voiture, pointons les sommets à gauche et à droite, tous plus impressionnants les uns que les autres, et nous en donnons à cœur à joie avec les moqueries à propos de Bad and Boujee. Nous arrivons à Banff, avec son charme de ville de ski parfait : trottoirs enneigés, restaurants et vitrines de magasins rustiques, bois à profusion, patinoire sur la place centrale et Sulphur Mountain comme toile de fond idyllique. Nous faisons le plein de l’essentiel (bière, seigle, œufs, bacon et charqui… d’accord, peut-être que nous n’avons pas tant changé), arrivons à notre hôtel et plongeons dans le spa pour planifier les jours suivants.

Que de plaisir nous attend!

Lake Louise

Lake Louise

Nous convenons que notre première journée de ski doit avoir lieu à l’emblématique station Lake Louise. Nous parvenons tant bien que mal à nous réveiller à une heure respectable, engloutissons œufs et bacon, puis nous rendons à la station, située à une heure de route. En marchant vers le pavillon, je ne peux faire autrement que m’emballer. Ce joli chalet en bois, entouré de montagnes enneigées et d’une forêt luxuriante, offre un décor de rêve