Voici le système Burton Step On

Story courtesy Mountain Life Media | Photography: Mirae Campbell

L’avenir ne fait pas toujours son entrée en ville avec des crissements de pneus et un moteur suralimenté. Parfois, il s’infiltre en douce, dans la pénombre, et place une foule de planches à neige dans le sous-sol d’un hôtel en bord de piste.
Ou, du moins, c’est ce qu’a fait Burton (en anglais seulement) plus tôt cette semaine quand elle s’est rendue à Whistler (en anglais seulement) pendant une vague parfaite de froid dans le but de faire la démonstration de son nouveau système de fixations Step On, le fruit d’un projet de 3,5 ans visant à réduire le temps nécessaire aux planchistes pour ancrer le pied arrière après chaque remontée en télésiège.

« Nous avons fait les calculs, seulement pour le plaisir, a expliqué Rob Sprague, directeur d’ingénierie et de prototypage de Burton. S’il vous faut 30 secondes pour fixer votre botte avant chaque descente, multipliez cela par 15 descentes par jour, par 20 jours par année, par 10 années de ski, et cela équivaut à une perte de 300 descentes. » Les passionnés de surf des neiges sont emballés par le nouveau système de fixations de Burton.

Les chiffres seraient sûrement un peu différents si l’on tenait compte de la dénivellation des montagnes côtières, mais il reste qu’il est sincèrement ennuyant d’avoir à fixer nos bottes et que cela nous fait perdre du temps. Et Burton est à la recherche d’une solution. Le système Step On comprend un seul point de fixation au-dessus du talon et une attache de chaque côté des orteils. Il n’y a rien sur la semelle de la botte ou la base de la fixation. Les bottes spéciales sont dotées d’un système de fermeture BOA qui augmente le sentiment de pression vers le bas et tout se dégage à l’aide d’un simple levier situé sous la cheville.

« Comme je travaille à la création de ce système, bien entendu, j’en suis un grand adepte, a ajouté Sprague. Mais, je crois que c’est ça l’avenir. La sensation est la même qu’avec un système Burton traditionnel. »

L’industrie des sports d’action n’est pas très bavarde, mais le système Step On a définitivement suscité l’intérêt de tous, et Burton nous a tous donné la chance d’essayer le nouveau système avec une journée sur le mont Blackcomb (en anglais seulement) et une journée de tout-terrain épique à Powder Mountain Snowcats (en anglais seulement).

« C’était fou, a indiqué Ken Achenbach, qui se surnomme lui-même “le gars du Camp des champions (en anglais seulement)”, mais qui est en fait l’un des pères fondateurs du surf des neiges au Canada. Il représente l’avenir; il est tout simplement fantastique. Je ne suis pas un gars de freestyle, donc je ne peux me prononcer sur ce plan, mais, pour le tout-terrain, à ma première demi-descente, je me disais “oh, je saisis cette nouvelle chose” et, après 10 virages, je l’ai complètement oubliée parce que la sensation est la même. Ce système est sincèrement génial. Je n’en reviens toujours pas à quel point il est fantastique. »

Ken a toujours été un avant-gardiste (il a ouvert la première boutique de planches à neige au Canada), il n’est donc pas surprenant qu’il se soit engagé à continuer de tester le système Step On. « Je n’ai pas peur de l’avenir, affirme-t-il. Je veux en faire l’expérience. »

Jesse Fox, rédacteur en chef du magazine King Snow (et légende de hors-piste de Whistler), s’est aussi montré emballé par le système Step On, mais il sait également que l’industrie de la planche à neige devra au bout du compte prendre une décision. « Tout le monde aura quelque chose à dire à propos de Step On, prédit Fox. Bouchez-vous les oreilles, bouclez-la, essayez le produit, puis vous pourrez en parler. Il fut difficile d’arriver à la mise à l’essai avec une certaine ouverture d’esprit, mais impossible d’en partir sans une… »

Le système Step On en est encore au stade d’essai et d’amélioration, mais, d’après ce que j’ai pu constater et expérimenter, l’avenir du surf des neiges pourrait se réduire au talon-pointe. — Feet Banks

This post is also available in: Anglais

Product categories