Product categories

Mountain Mentors : Revitaliser l’exemple à suivre

Story courtesy of:

À quel point la gardienne qui a pris soin de vous quand vous étiez enfant a-t-elle influencé la personne que vous êtes aujourd’hui? Ou le capitaine de votre équipe de ski de compétition? Et que dire de votre grand frère ou de votre meilleur ami(e)? Comme enfants, nous ne reconnaissions pas toujours l’importance du rôle joué par les mentors dans l’atteinte de nos objectifs. Mais ces heures passées à suivre quelqu’un sur la montagne, sur les pistes et dans l’eau ont probablement jeté les bases d’une soif permanente d’aventure.

Photo : Holly Bel

Auteur : Ben Osborne

 

Il faut être deux pour réussir quelque chose. Mountain Mentors en action.

Par-dessus tout, ces guides vous ont appris comment y arriver en toute sécurité. Dix ans plus tard, que se passe-t-il quand vous êtes séparé de cette sœur ou de ce frère plus expérimenté(e) qui vous a initié à l’arrière-pays? Plus littéralement, que se passe-t-il quand vous devez commencer à examiner les prévisions vous-même? Après votre séparation de ces mentors, comment pouvez-vous poursuivre l’amélioration et le développement de ces aptitudes essentielles?

Dans le domaine du plein-air encore à prédominance masculine, les options de mentors et d’exemples à suivre sont beaucoup plus limitées pour les femmes. Malgré la croissance du marché, la triste réalité est qu’à l’exception des cliniques d’amélioration des habiletés des femmes de 3 jours, il y a grandement place à amélioration pour les programmes destinés aux femmes enseignant les habiletés nécessaires pour bien se débrouiller en montagne – dans le corridor Sea-to-Sky et au-delà.

Entrent en scène Brett Trainor et Thea Zerbe, qui ont vu ce manque et fondé Mountain Mentors – un programme de mentorat de plein air exclusivement féminin conçu pour aider les femmes à apprendre les habiletés requises pour se divertir en toute confiance dans les montagnes. « Un mentor est un plan de possibilités pour ce que vous pouvez devenir », affirme Brett. « Si vous ne voyez pas d’autres femmes occuper des postes que vous visez, il peut être difficile de vous imaginer atteindre ces sommets. Nous voulions combler cette lacune pour les femmes. »

Mountain Mentors jumelle des femmes du corridor Sea-to-Sky, l’une ayant le rôle de mentor et l’autre celui de mentorée. Ces duos passent au moins une journée par mois par saison ensemble à l’extérieur, se lançant dans de véritables aventures visant à fournir une expérience pratique au mentor et à la mentorée.

En plus du programme de mentorat permanent, Mountain Mentors réunit également des femmes quelques fois par année pour des « partages d’habiletés ». Ces derniers comprennent des formations d’appoint sur la sécurité en avalanche, de l’encadrement pour les excursions sur les glaciers, des séances de technique de vélo de montagne, etc.

« La présence de mentors informels dans ma vie est ce qui me permet de pratiquer des sports de montagne », explique Thea. « Presque tous les enthousiastes de l’arrière-pays se souviennent d’un mentor qui les a pris sous son aile pour leur apprendre les rudiments. »

Initialement élaborée pendant qu’elles fréquentaient l’Université de la Colombie-Britannique, la première leçon de Thea et Brett proposait que le groupe de pairs d’une personne est le meilleur endroit pour chercher des mentors. Aujourd’hui, elles travaillent avec des femmes incluant tant des guides expérimentées de l’Association des guides de montagne canadiens que des adeptes de plein air occasionnelles qui ont appris les habiletés adéquates et souhaitent transmettre leurs connaissances.

Toutes les participantes du programme sont soigneusement sélectionnées par Thea et Brett. Les femmes sont invitées à s’inscrire deux fois par année (pour la saison estivale et la saison hivernale) et sont choisies selon le réservoir de mentors et leurs habiletés respectives, assurant ainsi une saine relation entre le mentor et la mentorée.

« Je dirais que la partie la plus difficile du processus est de ne pas être en mesure de jumeler toutes les personnes qui s’inscrivent », dit Brett. « Chaque année, nous recevons de nombreux dossiers d’inscription incroyables et le fait de devoir refuser des femmes me chagrine. »

La réalité voulant qu’il y ait plus de mentorées passionnées que de mentors établis est représentative du déséquilibre des sexes antérieur au sein des sports de montagne, mais elle offre aussi des perspectives optimistes pour l’avenir. Il est très probable que d’anciennes mentorées du programme poursuivent et deviennent elles-mêmes des mentors.

Pour Brett, Thea et la communauté de femmes de montagne dévouées qu’elles ont réunies, Mountain Mentors produit des résultats tangibles. « Nous avons vu des femmes réduire leurs temps de moitié sur Strava, escalader des pentes qu’elles redoutaient auparavant et se donner les moyens de prendre de meilleures décisions axées sur la sécurité en terrain d’avalanche », déclare Brett, à la fois fière et contente de voir que le paradigme fait déjà l’objet d’un changement. « Tout ce qui compte, c’est notre communauté, et nous sommes honorées de faire notre part dans la croissance et l’évolution de la communauté du plein air au féminin. »