Product categories

Raclette : Fromage des dieux (de la montagne)

Story courtesy:

mountain-life-media-logo

 

Rédigé par : Pat McKinnon

Le fromage est un aliment appétissant des diètes montagnardes traditionnelles depuis des siècles, enrichissant nos sandwiches alpins, accompagnant les plateaux de charcuterie et retenant les garnitures sur nos pointes de pizza de fin de soirée.

Je ne suis jamais parvenu à comprendre la raison pour laquelle le mot « cheesy » en anglais est devenu un adjectif à tant de connotations négatives.

Comment une chose que l’on apprécie autant universellement et si merveilleusement délicieuse comme le fromage peut soudainement se retrouver dans la même catégorie littéraire que les solos de saxophone sopranos, les paroles de Céline Dion et les phrases accrocheuses embarrassantes? Cela me semble tout simplement absurde. Après tout, le fromage est un aliment appétissant des diètes montagnardes traditionnelles depuis des siècles, enrichissant nos sandwiches alpins, accompagnant les plateaux de charcuterie et retenant les garnitures sur ces pointes de pizza que l’on dévore en fin de soirée en titubant vers l’arrêt de taxis.

Il est toutefois vrai que ces fromages ne sont pas tous pareils et, bien qu’une personne puisse préférer le cheddar marbré au camembert, je propose que l’expérience ultime de dégustation de fromage en montagne implique un gril à raclette bien chaud.

Raclette #2

Tout comme les cors des Alpes, le ioulement et les énormes cloches de vache, la raclette est un cadeau offert à l’humanité par les aimables gens de la Suisse. Un fromage semi-ferme fait de lait de vache aux riches arômes crémeux, la raclette est habituellement consommée chaude, après avoir été parfaitement ramollie. Traditionnellement, le fromage était utilisé par les fermiers suisses qui en transportaient de pleines meules pendant leurs longues traversées dans les vallées montagnardes. Le soir, le fromage était placé près de la chaleur radiante du feu de camp, où il atteignait éventuellement un état de mollesse sublime, avant d’être raclé de la meule et de tomber sur un morceau de pain tout prêt ou une pomme de terre fraîchement cuite.

En fait, le mot « raclette » en soi est dérivé du verbe « racler », qui signifie « frotter rudement ». On s’est finalement rendu compte que la raclette était un fromage qui allait bien avec d’autres plaisirs gastronomiques pouvant survivre aux rigueurs d’une longue expédition, et c’est ainsi que les viandes salaisonnées, les oignons marinés et les cornichons y ont été ajoutés.

Bien que les puristes de la raclette insistent toujours pour que l’expérience ait lieu autour d’un feu crépitant, de nos jours, le gril à raclette électrique a remplacé la flamme vive. Popularisé dans les années 1970 avec le ballet-ski, le disco et la cocaïne, le gril à raclette le plus courant est une merveille d’ingénierie multitâche qui nous permet de faire fondre le fromage dans des plateaux individuels (appelés « coupelles ») sur un étage inférieur, tout en faisant griller divers accompagnements appétissants sur le gril supérieur. Un autre modèle de machine à raclette électrique encore plus traditionnel réchauffe le fromage dans sa forme semi-arrondie, permettant à l’utilisateur de racler la douceur fondue directement de la meule, à l’instar des maîtres suisses originaux.

La véritable richesse de la raclette découle de la magie de l’expérience de dégustation commune qu’elle crée. Les participants se regroupent autour d’une station de grillage centrale, qui favorise une atmosphère sociale des plus interactives, avec des conversations stimulantes, des histoires de toutes sortes et peut-être même des regards lancés par un amoureux assis de l’autre côté de la table.

Raclette #3

Même si les accompagnements marinés et saisonnés traditionnels sont toujours utilisés, le fait que les ingrédients aient seulement à survivre le chemin du retour de l’épicerie du coin a donné naissance à une foule d’autres options d’accords dans le spectre de la consommation omnivore. Les riches saveurs créées par les innombrables combinaisons de tels aliments délectables sont des plus appréciées par le palais, mais la véritable richesse de la raclette découle de la magie de l’expérience de dégustation commune qu’elle crée. Les participants se regroupent autour d’une station de grillage centrale, qui favorise une atmosphère sociale des plus interactives, avec des conversations stimulantes, des histoires de toutes sortes et peut-être même des regards lancés par un amoureux assis de l’autre côté de la table.

Un peu comme ce qui se produisait à l’époque avant que l’on ne commence à regarder des écrans tout le temps. Ajoutez à cela quelques bouteilles de vin (fortement recommandées afin d’aider à prévenir le gonflement intestinal que pourrait causer le fromage), et la soirée pourrait même commencer à dégénérer jusqu’à un duel de danse classique sans pantalons.

Voilà qui semble être une vraie belle partie de plaisir, n’est-ce pas?

Donc, cet hiver, quand vous en serez à l’après-ski avec vos amis et que vous discuterez de l’endroit où aller pour souper, procurez-vous quelques rations suisses à l’épicerie et rendez-vous plutôt à la maison, dans votre salle à manger. Allumez le gril à raclette, jouez une pleine liste de ballades et n’hésitez pas à fondre!