Product categories

Tombées dans l’oubli

Sortez hors des sentiers battus à certaines des stations de ski les plus éclectiques (et fantastiques) du Canada

Par Juan Hitta

Le ski présente une énigme inhérente : les meilleurs moments se vivent hors piste, seulement vous et le milieu blanc sauvage. Toutefois, les meilleures journées comprennent presque toujours le partage de ces moments avec un ami, ou trois. Et, le secret du bonheur de la glisse sur neige consiste à trouver ce juste milieu : des pentes et des stations qui ont assez de neige pour tous, mais qui ne sont pas connues de tous.

Heureusement, de telles places existent un peu partout dans le Grand Nord blanc : des joyaux hivernaux bien cachés qui demandent un peu plus d’efforts que la normale pour s’y rendre (et où l’on ne trouve aucun spa de fantaisie au pied de la montagne), mais ils existent, et ils sont formidables.

Marble Mountain Photo credit: Dru Kennedy

Bordée par l’océan Atlantique du Nord, la mer du Labrador et le golfe du Saint-Laurent obstrué de glace, la station Marble Mountain, dans l’Ouest de Terre-Neuve, est presque constamment soumise aux intempéries et aux tempêtes hivernales. Financée par le gouvernement provincial afin de s’assurer que les Terre-Neuviens ont facilement accès à de la poudreuse chaque fois qu’ils le souhaitent, Marble est incroyablement tranquille malgré la qualité de la neige. En semaine, on omet souvent de tracer les corridors d’attente aux remonte-pentes, puisqu’il arrive qu’il n’y ait que 30 à 40 personnes sur la montagne. Avec ses 39 pistes, 225 acres, 1 700 pieds de dénivellation et un pied de neige fraîche, voilà un très bon rapport skieurs/terrain.

Même s’il n’y a point de neige fraîche, The Corkscrew, une combinaison de virages relevés jumelée à une inclinaison prononcée sans traces de dameuse, ni obstacles ou raisons de ralentir, qui porte bien son nom, est peut-être l’une des meilleures longues pistes rapides au pays. Par une journée de poudreuse, les conditions sont tout simplement parfaites pour y passer une journée de rêve.

Mount Cain Photo credit: Boomer Jerritt / Tourism Vancouver Island

À l’autre bout du pays, l’île de Vancouver recèle elle aussi des trésors enneigés plutôt décents. Toutes les tempêtes qui touchent Whistler et l’intérieur de la Colombie-Britannique passent d’abord par l’île de Vancouver et, quand les températures sont au rendez-vous, les précipitations de neige y sont incroyables.

Mount Cain se situe à l’extrémité nord de l’île, à 3 heures de route du traversier de Nanaimo (plus une demi-heure de route sur un chemin forestier boisé exigeant des chaînes). Dotée d’un système de deux remonte-pentes en T construit au-dessus de ce qui ressemble à un village Ewok tombé du ciel, Cain est détenue par les collectivités environnantes et essentiellement exploitée par du personnel bénévole (les élèves du secondaire qui prennent d’assaut les remonte-pentes participent probablement à un programme d’expérience professionnelle). Les remonte-pentes ne sont en fonction que les fins de semaine. Avec une moyenne de moins de 200 visiteurs par jour, la station Cain survit par l’amour du ski, les efforts de la collectivité et une aversion pour les « plans d’expansion » typiques des stations.

Ce qui en fait l’une des expériences de ski les plus uniques au pays, plus particulièrement pour les amateurs d’arrière-pays, c’est que Cain est entourée de sommets rocheux foncés, de chutes enneigées, de lignes prononcées, de ravins impressionnants et de forêts de vieux et grands cèdres et sapins. Et, quand les températures sont adéquates, il peut y tomber un mètre de neige fraîche en une nuit… Mount Cain, neige profonde et exquise.

À environ 760 km au nord, Shames Mountain est une autre station de ski exploitée par une coopérative locale sans but lucratif établie dans la ville de Terrace, en Colombie-Britannique, située à proximité. Shames jouit de 28 pistes tracées et d’une foule de pistes sous-bois, en plus d’afficher parmi les conditions d’enneigement les plus constantes au Canada (moyenne de 1 200 cm par année). Habituellement ouverte du vendredi au lundi seulement, Shames sera en fonction 5 jours par semaine en janvier, ce qui est une bonne nouvelle pour les personnes à la recherche d’une bonne occasion de vérifier leur accès à l’arrière-pays (consultez le programme de randonnées guidées!). Shames possède de grosses montagnes, est peu achalandée et présente la neige légère et sèche caractéristique du Nord de la Colombie-Britannique (et ce, en abondance). Et, les jours où elle est fermée, vous pouvez vous adonner à la pêche à la mouche dans l’espoir d’y prendre une truite arc-en-ciel.

Photo credit Courtesy Le Massif/André-Olivier Lyra

Nul besoin de voler à l’autre bout du pays pour trouver de petits bijoux par contre. De bonnes conditions d’enneigement et beaucoup de plaisir se cachent un peu partout au pays. Vu la popularité croissante de l’ascension dans l’arrière-pays, tous les monts Chic-Chocs, au Québec, représentent un trésor en soi, mais, si l’on souhaite un accès par remonte-pente, Le Massif de Charlevoix est sans aucun doute le joyau le plus prisé de tous. Présentant la dénivellation la plus grande de l’Est du Canada, Le Massif est la station préférée de la population locale vu « les bonnes conditions d’enneigement, les gens fantastiques et aucun fla-fla commercial du genre village de Disney. C’est du ski à l’état brut ». Difficile d’argumenter en sens contraire.

Les stations les plus imposantes sont imposantes pour une raison; le terrain est incomparable et la culture locale cadre avec l’âme punk rock des jeunes skieurs et planchistes qui sacrifient le confort pour transformer leur rêve en réalité. Mais, un sentiment incroyable de paix, de calme et de zen sauvage accompagne ces moments de tranquillité dans les montagnes, loin de tout cela. Les stations de ski les plus petites et éloignées au Canada peuvent susciter les plus grands sourires. Et, vous ne le saurez pas tant que vous n’irez pas, bonne exploration!